MesMotos.fr - Château de la Loire par le Kiwi MC - 1 au 3 novembre 1991

Le Kiwi MC avait été monté par mes moniteurs de moto et auto, pour leurs élèves et amis. Fabienne et moi qui avons passé nos permis (A et B) chez eux, avons fait de nombreuses sorties avec eux...
A cette occasion, Tino et Nounours s'étaient joints à nous, ainsi que Nadia -notre ex-membre, à la Martinique ;o)- qui n'était pas encore membre...


Par un beau matin de novembre, départ d'une ribambelle de neuf motos à destination de Tours. Un peu de retard parce que Tino s'est trompé de ville pour le rendez-vous !

Comme d'habitude, voyage en groupe jusqu'à l'autoroute et de l'autoroute à l'hôtel, "quartier libre" sur l'autoroute (euh, la déco de l'auto-école, c'est du JBT ;o)), road book pour ne pas se perdre ou pour se retrouver selon le cas... Malgré cela, on a perdu deux motos... Que l'on retrouvera deux heures plus tard ! Et un savon, un...
Constatation, en roulant au delà de 200, le plein du XJ dure à peine 180 km !!! Sitôt passé Orléans, il faut aller faire le plein... Euh, je rends la main ;o)))
On s'installe dans le "Formule Un" au sud de la Loire, à Tours... Pas de parking spécifique moto ou même de local fermé, on va faire nos prières pour retrouver les motos le matin...

Bon, on n'est pas parti si tôt pour ne rien faire : visite.
D'abord Villandry, les jardins en fait. Magnifiques potagers, remis aux goûts du jour où le château a été construit. A cette époque, le côté utile du potager était presque superflu face au côté esthétique...
Puis à quelques kilomètres de là, le long de la Loire, les grottes pétrifiantes de Savonnières. Des objets qui se couvrent peu à peu de calcaire sous les sources, des statues d'animaux préhistoriques et... Une dégustation de rosé de la région, dans une sorte de bar, quelque part sous terre.
La pétrification est plus spectaculaire que dans la grotte entre le Mont-d'Or et la Bourboule que nous visiterons quelques années plus tard avec le MC.

Fin du premier jour

Le lendemain, lever tôt (euh, raté) direction Azay le Rideau.
Jeux de couleurs sur le miroir de l'Indre... Pour beaucoup, le premier château visité... Une salle, entretenue dans la pénombre contient un trésor que peu de visiteurs apprécieront à sa juste valeur : une tapisserie qui a su conserver ses couleurs. Je n'ai pas mon trépied et comme je vais devoir garder une pose longue -flash interdit pour ne pas gâcher les couleurs- Polo m'apporte une chaise sur laquelle je vais pouvoir poser mon appareil... Merci Polo...

Après le repas dans un petit resto de campagne, direction Langeais. Ce château est le plus ancien, il conserve l'aspect d'un château fort, avec ses rudes murailles et ses grosses tours... A l'intérieur, un musée médiéval, et la reconstitution, à l'échelle, du mariage d'Anne de Bretagne avec un de ses deux rois de France de maris. Mon Dieu qu'ils étaient petits...

A la sortie du village, un petit château sans prétention m'attire et j'y emmène les autres... En fait, Seul le gros hangar devant est ouvert au public, il contient la collection d'un ancien entrepreneur Belge. Pourtant, c'est une visite anti-motarde s'il en est : le musée Cadillac !
Malheureusement les photos sont interdites... Dommage, il y a plein de véhicules, plus beaux les uns que les autres, Et j'aurais pu augmenter ma collection de photos de détails surprenants mais je ne reviendrais pas de si tôt... Voleurs ;o)

Premier contact avec les innombrables virages de la RN152, la route qui suit la digue, une vraie route pour motard... Attention aux radars quand même. Traversée de la Loire près d'une centrale nucléaire, château maudit des temps modernes ;o), pour aller voir Ussé... De ce côté-ci de la Loire (le sud) la DDE a décidé d'avoir la peau des motards en plaçant de jolis gravillons dans les virages... Nounours a des problèmes avec sa batterie. Débranchée, il n'a plus d'allumage... Enfin Ussé, de nuit... On dit que c'est ce château qui a inspiré celui de la Belle au Bois Dormant à Perrault , puis à Walt Disney (Il y a d'ailleurs des manequins qui compose l'histoire dans les pièces du château)... Pour nous seulement, le château est éclairé... Par les phares (blancs -interdits à l'époque) des deux GSXR.

Tentatives d'aller boire un coup en ville le soir. Tino qui a bossé ici il y a peu connaît une boîte à cocktails. Alléchant. N'aiment pas trop les motards en cuir, surtout 17, dans ce lieu. On se rabat sur un autre... Drôle d'habitant dans le colonel de Nadia... (faut que je mette la photo)

Fin de soirée animée dans les chambres, c'est le premier samedi du mois et la télé est branchée sur Canal + ;o)

Fin du second jour

Dimanche, après la douloureuse, dernières visites.
Chenonceau tout d'abord. Dans les jardins, des statues des Lalanes (pas le chanteur, les autres membres de la famille) "ornent"...
L'intérieur est bien vide après Azay... Seule la chambre de la femme d'Henri II laisse un souvenir... Elle est lugubre, ornée par des squelettes qui en disent long sur l'état d'esprit de l'occupante après la mort du roi lors d'un tournoi, la lance lui ayant transpercé l'œil (prophétie de Nostradamus)

Après le repas (et un petit manque d'huile sur le XJ) Amboise.
Plutôt que de visiter le château qui n'apporterais pas grand chose à notre connaissance - rien de plus que Chenonceau - on continu un petit peu dans la rue pour s'arrêter devant le Clos Lucé qui abrite le musée Léonard de Vinci. C'est sa dernière demeure. Là aussi les photos sont interdites mais un peu d'astuce - repérer les caméras de surveillance - et les réglages sioux de mon appareil me permettent quand mêmes quelque clichés...

Retour vers l'hôtel pour récupérer nos bagages et premières pluies... Le groupe se scinde en deux et nous nous retrouvons grâce aux radios inter-motos dont sont équipés Polo et Pascal. Bluffante d'efficacité mais très désagréable pour l'oreille, oreillettes trop dures... Je ne sais pas si ces prototypes ont été améliorés suite à ce week-end...

Fidèle, la pluie, faible, ne nous lâchera pas de tout le retour... Retour par la RN152 jusqu'à Fontainebleau, où tout le monde nous attend sur le parking de l'Obélisque (devant les gendarmes) pour nous dire au revoir... On les avait un peu perdu après Orléans, à cause de trombes d'eau (et donc de séance combis de pluie) et à Pithiviers pour un effroyable envoiturage (dur les valises, vive les trottoirs). Pause clopes à Malesherbes, avec un Tino pas mécontent qu'il ne pleuve plus (vive les lentilles Tino)...

Et pas un radar du week-end... Malgré une conduite "sportive" pour chacun de nous, même si la présence de formateurs et "d'anciens" permet aux jeunes de partager l'expérience de "ceux qui savent" et donc de prendre moins de risques au fil des kilomètres...

1&1 Hosting