MesMotos.fr

Le sens de l'évolution
Bob le motard

Les casques de moto

En gros, le casque est la seule "carosserie" du motard. On a bien ajouté quelques éléments d'armure au niveau des articulations dans les habits, mais, sauf à investir dans un air-bag, il est notre seule protection active dans la majeur des cas, et jusque 2017 (les gants anti-mort), la seule a être obligatoire !

Cette obligation est somme toute assez récente puisqu'elles ne date que de 1973 (avec des aménagements dans le temps... Obligatoire pour le conducteur, hors agglomération, en agglomération, pour le passager ou pas selon la cylindrée du véhicule : simplification, tous les occupants d'un engin à moteur au delà du vélo (avec 2, 3 ou 4 roues tant que cela entre dans la catégorie des... 2 roues !) doit en avoir... Sauf si l'engin est muni de ceintures de sécurité, comme pour le conducteur du BMW C1 par exemple).
Le casque le plus ancien, dit "bol", n'est plus homologué en France, puisque pour être homologué, un casque doit porter la vignette NF ou CE et ces vieux casques qui ne protègent pas grand chose en fait, n'ont jamais été homologués pour cela... Il y a d'ailleurs eu la volonté d'interdir les casques "ouverts" à un moment.

La norme actuelle (ECE 22.05) va bientôt être remplacée par une plus complète. La nouvelle norme 22.06 devrait voir le jour en 2020. Elle prend en compte plus de points pour l'homologation, comme la perforation de l'écran, l'opacité des pare-soleil, la résistance aux "rotations" (choc sur le côté et plus seulement de face), etc. Si vous êtes sur le point de changer de casque plus par coqueterie que pour votre sécurité (bref, si votre casque ne se décompose pas ou n'a pas été victime d'un choc, même sans votre tête dedans), je ne saurais que trop vous conseiller d'attendre un peu encore pour acheter les nouveaux modèles, d'ici cet hiver ou l'an prochain.

Qui dit obligation dit verbalisation. Ne pas porter de casque (non, le casque ne se porte pas au coude), porter un casque non homologué ou simplement un casque non attaché, est passible d'une contravention de 135 € avec retrait de trois points sur le permis de conduire (perte de points qui devait être le résultat du danger que l'on fait prendre aux autres, là je ne vois pas...) et une immobilisation possible de la moto. Oui, vous avez bien lu, il est possible de rentrer à pied parce que le casque n'est pas attaché ! De plus, en France, un dispositif réfléchissant (qui doit réfléchir une lumière blanche, quelque soit la couleur du dispositif (attention, c'est pas évident de le faire comprendre en cas de contrôle, quand le dispositif à la meême couleur que le casque) est obligatoire, un par face (devant, derrière, un de chaque côté). Même punition, 135 € et 3 points ((franchement abusé pour les points) De fait, quand vous achetez un casque, vous devez avoir avec les autocollants, soit déjà collés, soit à mettre. Cette obligation n'existant qu'en France, nos voisins achètent les mêmes casques que nous sur le marché mais ne collent pas les étiquettes... S'ils viennent en France, ils auront droit à l'amende aussi (mais pas au points). N'hésitez pas à les prévenirs ! Bon, en contre-partie au Luxembourg par exemple comme on put s'en rendre compte les FRMistes, on peut avoir de sérieux ennuis parce que la moto est privée du catadioptre, mais si vous savez, le truc rouge en bas de la bavette, le truc en plastique noir que l'on se dépèche de couper pour faire plus sportif, alors qu'ici, c'est moins chassé - mais tout aussi obligatoire)

Les différents types

Après les casques en cuir ou en métal (si, si...) il existe aujourd'hui sur le marché deux types de casques : le casque en plastique injecté, moins cher à fabriquer et plus lourd et le casque en fibre de verre/carbone/autre (et donc, naturellement, plus cher) plus légé.

Mais, bizarrement, ce qui est le plus cher n'est pas forcément le plus protecteur (les tests Sharp en Angleterre ou Certimoov en France) ou le plus agréable à porter (test consommotard Motomag)... Donc pour choisir, je vous laisse vérifier par vous même (par exemple, mon Shark Speed-R actuel a 4 étoiles au Sharp...)

Intégral route

jet route

Par rapport au précédent, il est "simplement" dépourvu de mentonière. C'est un avantage (vision, aération...) mais c'est aussi, pour certains surtout, un inconvénient (sécurité moindre - quoi que j'ai enfoncé un toit de voiture avec un jet sabns y laisser la machoire )

Modulable route

Il est, sur le papier, le super casque, possédant les avantages des deux précédents. Protecteur pour la route, ouvert pour la ville ou les balades bucoliques...

En contre partie, il est lourd, souvent plein de courants d'air et malgré tout assez rarement homologué intégral et jet ! Au commencement (enfin non, un peu plus tard) c'est surtout le modèle GPA "hamster" (utilisé par la gendarmerie, on l'appelle comme ša parce que la mentonière s'ouvre en deux et coulisse de chaque coté, faisant de "grosses joues") qui a lancé la mode avec le roof dont la mentonière (très légère ceci dit) se relevait jusqu'à passer derrière la tête et puis il a pris sa forme quasi identique pour chaque fabricant d'une mentonière qui se relève, avec l'écran généralement. Certains modèles se manipulzent d'une main, même en roulant quand d'autres impose de s'arrêter pour utiliser les deux mains... On comprend aisément que l'homologation jet est difficile à obtenir pour ces derniers. D'aileurs même aujourd'hui, il est rare de trouver un modulable réellement homologué pour rouler en position ouverte.

modulaire route

Ce casque est un jet auquel on peut ajouter une mentonière. Ou un intégrale dont on peut retirer la mentonière... Plus léger qu'un modulable, il n'en a pas la simplicité puisqu'on se retrouve avec une mentonière qui ne se "rabat" pas d'un coup de main quand on se remet à rouler un peu plus fort... Ou qu'il se met à pleuvoir ! Et qu'une fois la mentonière retirée... Ben on se trouve avec une mentonière à devoir trimbaler...

A priori, il offre un meilleur champ de vision que l'intégral ou que le modulable (puisqe c'est quand même un jet à l'origine) sans en avoir complètement le côté sécuritaire... C'était un argument du temps du GPA S1 déjà (avoir raison trop tôt...)

Casque TT

Il se présente sous la forme d'un intégral ou d'un jet (ou d'un modulaire pour le Trail, mais c'est encore rare. Pas vu de modulable en TT ?) dont l'étude a été poussé pour une pratique du tout-terrain et se trouve bien moins pratique sur la route car il présente avec sa visière une grande sensibilité au vent. Plus léger q'un modèle route, il est généralement moins résistant et moins pratique (pour le cross ou l'enduro, il faut porter des lunettes de cross car il est dépourvu d'écran, qu'on peut trouver sur les modèles pour les Trails, qui comme les motos empruntent un peu aux deux mondes).

Devant être porté pendant une activité sportive intense, il est aéré (voir très aéré), n'est pas franchement adapté à la route (surtout à haute vitesse ou la prise au vent sur la visière peut occasioner des soucis au cou.) ni au binoclards (vu qu'il faut porter des lunettes de cross et coller dedans ses lunettes de vue, ce n'est pas réjouissant) et malgré l'aération, les lunettes de cross sont des nids à buée... De plus, ils sont très peu étanche à l'eau (j'ai rešu en pleine tronche la vague d'un camion passant dans une flaque d'eau, c'est passé entre la mentonière et les lunettes de cross) et aux... Insectes. Outre ceux qui vont se coincer le long des lunettes, il y a ceux qui sont hachés menu par la grile d'aération, comme sur mon ancien JT racing ALS 2 !

Choisir son casque

Selon votre moto, mais aussi votre tempérament, votre coqueterie, parfois mal placée, votre désir de sécurité ou de praticité vous opterez pour un casque ouvert ou fermé, ou pouvant faire les deux comme on l'a vu un peu plus haut... Faire du TT avec un intégral de route n'est pas une bonne idée, tout comme rouler à 300 (sur une autoroute allemande bien sûr, ou sur circuit) avec un petit jet de trial. Mais quel que soit le modèle vers lequel vous vous orienterez, quelques règles permettent d'être à peu près sûr de faire le bon choix. En ayant en tête (ša tombe bien, il sera posé dessus) qu'un casque ne doit pas faire mal quand on le porte et qu'il ne doit pas déchausser quand on tombe (d'où l'intérêt de le fermer). Légalement, il doit comporter une étiquette CE, être équipé de 4 dispositifs réfléchissants une couleur blanche quand ils sont éclairés et être porté attaché quand vous roulez... Ce sont donc des points à vérifier : l'étiquette, la présence des auto-collants déjà posés ou non, le système de fermeture.

Déjà un point capital, si vous êtes bigleux comme moi et que vous ne pouvez pas vous passer de vos lunettes (ou de lunettes de soleil pour faire star :o) ) n'achetez pas eun casque sans l'essayer et avec vos lunettes. Certains calotins sont totalement incompatibles avec des lunettes : impossible de passer les branches ou faisant mal une fois en place, là c'est vite éliminé, mais plus sournois, qui empêche le bon positionnement... Avec des verres progressifs, si le focus ne se fait pas au bon endroit du verre, vous aurez du mal à faire la mise au point et passerez votre temps à lever ou baisser la tête pour ne pas voir flou, tout en n'étant pas sûr de la distance... Pas rassurant pour la conduite...
Autre point important des binoclards, la buée... Si on a assez vite fait d'installer un Pinlock ou de choisir un casque équipé pour éviter la buée sur la visière (buée qui peut aller jusque geler ** DANS ** le casque quand il fait un temps à ne pas mettre un motard dehors) je n'ai encore rien trouvé pour les lunettes, à part rouler visière ouverte... Enfin si, porter des lentilles, ce qui résoud du même coup le problème de caser les branches... Mais tout le monde ne peut pas... Donc il faut prévilégier un casque bien ventilé, et à part les casque jet, par définition ouverts, et les casque de cross, hyperventilés pour cause d'effort, il y a peu de solution, à part essayer le casque en roulant... Ce n'est pas en regardant les systèmes d'entrée d'air frais et d'extraction de l'air chaud et humide rejeté des poumons que l'on peut se faire une idée de la ventilation... Surtout si on a une bulle protectrice (sur les gt mais aussi les scooter), la ventilation, on peut l'oublier... Certaines visières ont une position entrebaillée, mais alors c'est au niveau inconfort niveau bruit qu'il faudra faire face...

Le bruit, parlons en... Certains tests montrent que les oreilles du motard peuvent, en circulation, recevoir un nombre de décibels tel qu'il en est dangereux pour l'audition. Soit le vent passe dans le casque (jet, cross, en contrepartie de la ventilation ou par dessous, ce qu'un petit accessoire peut réduire ou supprimer) soit les accessoires extérieurs provoquent un bruit dynamique... La visières si elle ne se ferme pas trop hermétiquement (d'où l'inconfort si on roule visière ouverte) mais aussi sa fixation (plus il y a de trucs qui dépassent plus elle est bruyante, sauf si, paradoxalement, ces trucs sont positionnés de fašon à casser le bruit dynamique comme sur le nouveau ) ou le récepteur radio... Quelques casques sont réputés pour leur silence (les tests de Motomag contiennent des mesures de bruit) mais dans la plupart des cas, la solution passe par des bouchons d'oreilles, plus ou moins absorbants... J'étais très content des Ear en mousse mais visiblement la forme cylindrique n'est plus à la mode et je n'en trouve plus... Attention, des bouchons trop absorbants sont néfastes à la conduite en nous isolant totalement de la circulation extérieure !

Il existe en gros trois types de fixation, permettant de tenir votre casque sur la tête en cas de chute : fixe, microréglable et double D. La différence, outre la facilité d'attache tient en la possibilité de resserer la jugulaire en roulant... Impossible avec la fixe puisqu'il faut s'arrêter pour le régler, le réglage se fait une fois pour toute mais... Avec le temps cela finit par se détendre et il faut le rérégler... De même, si vous roulez l'hiver, vous allez avoir une écharpe plus ou moins épaisse et le réglage en correspondra plus et sera à refaire...
Avec le microréglage, on ajoute un peu de facilité. Le réglage se fait toujours "une fois pour toute" (avec le problème de ša se détend, on porte une écharpe) mais il y a plusieurs niveau de fixations. Inventé il me semble par Nolan avec le microlock, il suffit de serrer plus ou moins la languette dans le réceptacle pour avoir une lattitude dans le serrage et aussi de le (dé/re)sserrer en roulant... On retrouve donc l'avantage particulier du double D...
Parce que disons le tout de suite, le seul avantage du double D, c'est depouvoir le retoucher en roulant... Sinon, on n'aurait jamais trouvé des solutions plus pratique au quotidien pour le remplacer... Utiliser depuis les débuts du casque, il s'agit d'un moyen mécanique de coincer la jugulaire mais au prix d'une manipulation pour le moins difficile (revenu au double D avec mon Shark, il a fallu que je fasse des exercices devant le miroir avant de me rappeler comment cela fonctionne car je n'en avais pas eu depuis mon JT Racin USA d'il y a... 20 ans !). Avec ce système, on ajuste au milimètre la jugulaire mais on se retrouve avec le bout qui dépasse, bat au vent, tape dans l'épaule ou le casque... Bon, je dois reconnaître qu'en 2à ans, ils ont quand même pris le problème à bras le corps et installé une pression pour la tenir en place (mais ša non plus je ne l'ai pas compris tout de suite :o) )
A oui, argument imparable pour dire que c'est ce qui se fait de mieux, c'est ce qui est utilisé en compétition ! Un peu mince comme argument après avoir utilisé un microréglage... Surtout que passer le bout de tissu entre les anneaux quand on a passé ses gants (et oublié d'accrocher le casque) est loin d'être une partie de plaisir

Critère auquel on ne pense pas toujours dans le magasin, le poids... Ils ne sont plus trop lourds mais 200 grammes de plus entre deux casques, au bout de la journée, ša peut faire la différence sur un cou gracile... Deux sortes de matières existent, le plastique injecté, plus facile à mettre en oeuvre et donc moins cher, ou la fibre, plus délicate à la fabrication mais plus légère, surtout quand on utilise du carbone à la place de la fibre de verre, moins d'1,5kg sur mon Shark Speed-R Carbon, malgré le pinlock et la visière solaire (un peu plus en ajoutant la radio). Mais tout comme le prix (qui comme chacun sait s'oublie alors que la qualité reste), la matière ne fait pas la qualité d'un casque et des modèles en fibre obtiennent des notes inférieurs aux injectés de même gamme (voire de gamme inférieure !) aux tests motomag, sharp ou certimoov.
Afin de s'adapter à toutes les têtes, le casque est souvent créé en plusieurs formats (2 ou 3) et à l'intérieur on place un calotain et des mousses pour s'adapter à plusieurs tailles par format, de fašon à couvrir toutes les références. Donc pour un même modèle, le poids sera différent selon la coque mais également le contenu... Une étiquette indique le poids à l'arrière du casque.

Point intéressant pour la suite (la rubrique entretien, en dessous), les mousses intérieurs peuvent s'enlever. Très pratique pour y installer la radio, mais aussi pour les nettoyer facilement et plus encore pour les changer quand elles sont tassées... Shoei est réputé pour cela par exemple (même gratuitement, vu le prix d'achat, c'est normal, dixit un technicien de l'importateur).
C'est aussi très pratique pour les faire sécher (quand on s'est pris la pluie ou après le netoyage...).

Mais le critère important est de toute fašon su'il soit à votre taille et sans forcer à un endroit (on parle souvent de tête à Shoei car si on ne l'a pas, on risque d'avoir une barre au front - ce qui ne se ressent pas forcément dans le magasin mais au bout de quelques temps). Pour cela, il y a comme indiqué au-dessus plusieurs tailles de mousses. Avant, les casques étaient repérés en taille en centimètres en France mais vu que le marché est international, on parle maintenant en tailles "US" du XS au 2XL et comme pour les fringues, ce n'est pas toujours la même chose d'une marque à l'autre. Donc dans tous les cas, mieux vaut essayer (avec ses lunettes, hein...).
Donc, on choisi un casque qui correspond à sa taille de tête (on peut la mesurer avec un mètre souple, au niveau du front ou plus préséiquement, essayer d'entrer dans plusieurs tailles dans la magasin, sachant comme je l'ai déjà dit que les tailles indiquées peuvent varier d'un modèle à l'autre...) et on entre dedans... Si on n'y arrive pas, il est trop petit, pas la peine d'insister. Si on y arrive mais qu'il comprime trop les joues ou les oreilles, on peut toujours espérer qu'il se fera avec le temps (il se fera avec le temps, mais pas forcément à votre taille, méfaince). De toute fašon, il faut que le casque, neuf, soit un peu serré, sinon avec le temps iol ne tiendra plus... (anecdote, si vous portez des dreads, il va se tasser plus et quand vous les retirerez, il flotera bêtement loin de votre crane... Nmdpcjsšjlsepct)

Entretien du casque

Pour le faire durer plus longtemps, il convient de prendre soin de son casque. Nettoyer l'extérieur, mais aussi l'intérieur.